Diabète et grossesse : quelles conséquences sur bébé et la femme enceinte ?

Si le diabète n'est plus une contre-indication à la grossesse depuis la découverte de l'insuline, il doit cependant être étroitement surveillé. Sans cette étroite surveillance, l'excès de sucre dans le sang passerait la barrière placentaire et la glycémie du fœtus augmenterait.


Diabète et grossesse : quelles conséquences sur bébé et la femme enceinte ?

Le diabète est une défaillance du système régulant le taux de sucre dans le sang. C'est pourquoi cette maladie se manifeste par une élévation de ce taux, la glycémie. Les symptômes sont principalement une soif intense et des fréquentes envies d'uriner.

L'insuline qui est l'hormone régulant l'utilisation du sucre par les cellules est secrétée par le pancréas. Mais il arrive que pendant la grossesse, le fonctionnement du pancréas soit insuffisant, car les hormones placentaires ont une action antagoniste à l'insuline. Ce qui aggrave votre diabète ou révèle un diabète (on parle de diabète gestationnel).

Le type d'insuline, sa dose et le moment des injections sont adaptés aux besoins de chaque diabétique et à sa volonté d'entreprendre un programme discipliné.

Une étroite surveillance

Une étroite surveillance est indispensable pour maintenir votre glycémie autour de 1g/L, tout en évitant les hypoglycémies.

On parle d'une surveillance de 12 mois : les 9 mois de grossesse et les 3 mois qui la précèdent.

Dès le désir d'enfant

Vous devez préparer votre grossesse avec votre diabétologue. Consultez-le dès votre désir d'enfant. Il vous fera un bilan de votre diabète et proposera un régime très rigoureux qui vous aidera à répartir les apports en sucre tout au long de la journée. En aucun cas, votre prise de poids ne doit être supérieure à 14kg. Il établira avec vous un programme, injection unique ou fractionnement de vos doses quotidiennes d'insulines.

Dès la conception

Si vous n'avez pas encore équilibré votre diabète ou si votre diabète est apparu en début de grossesse, une hospitalisation en tout début de grossesse sera parfois nécessaire pour que vous trouviez un équilibre et que vous appreniez à vous traiter.

C'est en effet, dans les toutes premières de la vie embryonnaire que se produisent les malformations fœtales.

Un contrôle régulier et une autosurveillance

Tout au long de votre grossesse, votre diabétologue et votre gynécologue surveilleront étroitement l'état de votre diabète. En effet, aux rendez-vous mensuels chez votre gynécologue s'ajoutera, tous les 15 jours, une visite chez votre diabétologue.

Tout au long de votre grossesse, vous devrez aussi contrôler vous-même, le taux de sucre dans vos urines. Vous ne devrez pas hésiter à faire un contrôle plusieurs fois par jour, à jeun et 2 heures après chaque repas, pour déterminer au mieux la dose et la forme d'insuline à injecter.

En cas de problèmes, vous pourrez facilement contrôler votre glycémie grâce à une goutte de sang prélevée au bout des doigts.

En fin de grossesse, à partir de la 32ème semaine, vous devrez procéder au comptage journalier des mouvements de votre bébé. L'absence de mouvement pendant une journée nécessite la consultation immédiate de votre gynécologue.

Les complications

Pour le bébé :

  • malformations congénitales
  • prédisposition au diabète
  • mort in utero en fin de grossesse
  • souffrance fœtale en fin de grossesse
  • le bébé est souvent trop gros, ce qui complique l'accouchement

Pour la future maman :

  • risque accru de fausse couche
  • risque accru d'accouchement prématuré
  • risque de rétinopathie (cécité)
  • risque d'hémorragie lors de la délivrance
  • risque de toxémie
  • hypertension artérielle
  • l'hydramnios (excès de liquide amniotique)

L'accouchement avant terme

Les médecins peuvent décider de déclencher l'accouchement avant terme, à 38 ou 39 semaines en raison de la grosseur du bébé et de l'appauvrissement de la fonction placentaire. En effet, le placenta devient souvent moins fonctionnel, ce qui peut avoir de graves conséquences.

L'hydramnios c'est à dire l'excès de liquide amniotique provoque souvent un accouchement prématuré.

A la naissance, votre bébé est généralement placé dans un service de soins spécialisés afin de surveiller tout risque d'hypoglycémie.

L'enfant d'une mère diabétique a trois fois plus de risques de devenir diabétique plus tard, vous devrez le faire suivre régulièrement.