Un médicament qui stoppe la transmission du VIH de la mère à l’enfant

L’UNICEF distribue aux femmes enceintes atteintes du VIH un médicament qui empêche la transmission du virus de la mère à l’enfant dans les pays en voie de développement.


Un médicament qui stoppe la transmission du VIH de la mère à l’enfant

Il y a 15 ans, assurer l’accès à la thérapie antirétrovirale pour 15,8 millions de personnes était une réalisation jugée impossible.

En 2014, la couverture mondiale des personnes bénéficiant d’une thérapie antirétrovirale était de 40%. Pourtant, le VIH continue de jeter un éclairage violent sur les inégalités dans le monde. Notamment pour les femmes enceintes porteuses de ce virus.

On parle de transmission de la mère à l’enfant, lorsqu’une mère séropositive transmet le VIH à son enfant pendant la grossesse, le travail, l’accouchement ou l’allaitement. Mais le plus souvent, c’est lors du dernier trimestre de la grossesse et de l’accouchement qu’il y a transmission.

Afin de fixer des normes mondiales en matière de prévention du VIH, de soins et de traitement des femmes enceintes, des mères et de leurs enfants, l’OMS collabore avec de nombreuses autres organisations, notamment l’Unicef, dans le but de favoriser l’intégration de la prévention dans les services de santé.

En l’absence de traitement, le taux de transmission se situe autour de 20 % pour le VIH1 et de 1 % pour le VIH2. Ces taux varient bien sur également en fonction de l’état clinique et immunitaire de la mère.

La prise d’un traitement antirétroviral pendant la grossesse, puis par l’enfant, permet d’amener le taux de transmission à moins de 1 %. Actuellement ce taux est passé à 0, 54 %, les échecs de prévention étant plutôt dus à des échecs de prise en charge.

S'assurer qu'aucun enfant ne naisse avec le VIH est une étape essentielle pour parvenir à une génération débarrassée du SIDA. Mais bien trop peu de femmes enceintes et leurs nourrissons bénéficient de ce traitement préventif.

L’Unicef met en place une solution : le « kit maman-bébé »

Le « Kit maman-bébé est une petite partie, innovante, d'une réponse globale à la prévention de la transmission de la mère à l'enfant », explique le Directeur des programmes à l'UNICEF, le Dr Nicholas Alipui. « Renforcer les systèmes nationaux de santé est la meilleure façon de combler le fossé dans la prévention de la transmission de la mère à l'enfant ». Celui-ci intervient en plus de l'extension du diagnostic chez le jeune enfant, de la prise en charge de la santé maternelle et la disponibilité de soins et de traitement pour des enfants et des jeunes difficiles à atteindre ».

L'UNICEF et ses partenaires ont développé le kit maman-bébé, qui contient des anti-rétroviraux (ARV) et des antibiotiques conformément aux dernières directives de l'OMS. Mais également des médicaments nécessaires pour une période allant de 14 semaines de grossesse jusqu'à six semaines après la naissance de l'enfant. Après six semaines, on demande aux mères de retourner à la clinique pour des séances régulières de vaccination, un premier test de diagnostic du nourrisson et au-delà des ARV pour arrêter l'infection potentielle pendant l'allaitement.

-----------------------------------------------------

Si aujourd’hui votre petit bout profite de tout le bonheur du monde et ne manque de rien, alors partagez ce bonheur en ouvrant une liste de naissance UNICEF pour venir en aide aux enfants qui souffrent de la famine, de la guerre ou simplement, qui sont laissés pour compte faute de moyens. La situation est catastrophique pour beaucoup d’entre eux à une époque où aucun enfant ne devrait plus souffrir de la sorte.

Ouvrir une liste de naissance UNICEF c’est inviter son entourage à aider ces enfants au travers d’un don en votre nom ! Ainsi, vaccins, matériel scolaire, accompagnement psychologique, trousses de soin, eau potable et plein d’autres produits ou services de soutien seront fournis directement à ces enfants sur le terrain.