Toxoplasmose : de moins en moins de femmes enceintes immunisées

L'immunité contre la toxoplasmose ne cesse de diminuer. La faute à nos nouveaux modes de vie ! Mais attention, contrairement aux idées reçues, cette maladie est toujours bien présente. Babyfrance vous éclaire.


Toxoplasmose : de moins en moins de femmes enceintes immunisées

La toxoplasmose, toutes les femmes enceintes la connaissent. C’est une maladie, sans incidence la plupart du temps, qui peut se traduire par une légère fièvre. Enceinte, c’est une des premières questions qu’on se pose : est-on immunisée contre la toxoplasmose ? Un simple test sanguin suffit à le savoir.

Si on ne l’est pas, des précautions alimentaires doivent être prises car contracter la toxoplasmose pendant sa grossesse peut avoir de graves conséquences sur la santé de bébé. Le problème est que de plus en plus de femmes enceintes ne sont plus immunisées contre la toxoplasmose, selon une étude de l’Institut de veille sanitaire (Invs).

Le nombre de personnes atteintes par la toxoplasmose est en chute depuis 1995. A cette date, 54,3 % des femmes avaient déjà été atteintes par cette maladie et étaient donc immunisées. En 2010, elles ne sont plus que 36,7%.

Il est cependant « fondamental de continuer à promouvoir les mesures de prévention à respecter pendant la grossesse », selon l’étude. Les femmes enceintes doivent être particulièrement vigilantes sur leur alimentation : limiter les légumes et fruits crus et dans tous les cas, les laver soigneusement, pas de viandes ni poissons crus, pas de charcuterie, pas de laitage ni fromage si le lait n’est pas pasteurisé… Mieux vaut éviter les animaux (chats...) pendant sa grossesse.

La modification des comportements en cause

Les futures mamans non immunisées doivent effectuer un diagnostic tous les mois, au moyen d’une prise de sang, pour savoir si elles sont atteintes ou pas. Si c’est le cas, elles devront suivre un traitement antibiotique.

De leur côté, les scientifiques estiment que, « compte tenu de l’augmentation de la population des femmes enceintes séronégatives amenées à être suivies mensuellement, une réévaluation de la pertinence du programme de dépistage actuellement recommandé en France doit être discutée. »

Les changements de mode de vie sont à l’origine de ce phénomène. L’amélioration globale des mesures d’hygiène, la modification des comportements alimentaires, les modes de vie plus urbains font que les femmes sont moins exposées à cette bactérie généralement transmise par les animaux et trouvent alors inutile de s'immuniser. A tort.