Votre 4ème mois de grossesse : conseils entre amies

Certains spécialistes appellent les trois prochains mois de votre grossesse « les trois glorieux », tant vous vous sentez en forme ! Le quatrième mois est aussi celui du diagnostic prénatal.


Votre 4ème mois de grossesse : conseils entre amies

Le diagnostic prénatal

Il s’effectue en trois étapes et permet de détecter les risques de malformation et de trisomie 21.

L'échographie : La première étape est l’échographie. Elle va permettre de mesurer la clarté nucale du fœtus (l’épaisseur de la nuque). Une épaisseur trop importante (plus de 3 mm) va alerter les médecins qui vous proposeront d’autres examens complémentaires.

Les marqueurs sériques : la deuxième étape, ce sont les marqueurs sériques. Elle consiste en une prise de sang effectuée entre le 15 et 17 semaines d’aménorrhées qui va déterminer si les dosages d’hormones produits par le fœtus sont dans la norme. Cette prise de sang n’est pas obligatoire et il faut noter qu’elle n’est pas fiable à 100 %. Un enfant sur trois atteint de trisomie 21 n’est pas dépisté par cette technique et si des résultats sont positifs ne signifient pas que votre fœtus est atteint d’une trisomie. Le médecin doit d’ailleurs vous informer de toutes les implications de cet examen.

L'amniocentèse : c’est aussi à cette période que vous pourrez pratiquer une amniocentèse. C’est la troisième étape. Le but est de procéder à un dépistage précoce de la trisomie 21. Cet examen n’est pas obligatoire. Il concerne certaines mamans à risques (antécédents familiaux, grossesse tardive…), celles dont l’échographie a révélé une clarté nucale trop importantes et celles dont une prise de sang effectuée au premier trimestre relève des taux qui paraissent anormaux (les marqueurs sériques).

L’amniocentèse s’effectue entre la 15 et 17ème semaines d’aménorrhées. Elle consiste à prélever 10 à 20 centimètres cubes de liquide amniotique à travers la paroi abdominale de la mère. La piqûre est indolore, elle ne dure que quelques minutes et le médecin contrôle son geste grâce à une échographie.

Ce prélèvement permettra d’analyser les cellules du fœtus pour établir un caryotype, soit une sorte de carte d’identités des chromosomes de bébé. Elle permettra notamment de déceler les anomalies de type trisomie 21 et certaines malformations.

Cet examen, pris en charge par la sécurité sociale, est largement maîtrisé par le corps médical et les risques de fausses couches successifs à la prise de sang sont inférieurs à 1 %.

La consultation génétique : à tout moment de sa grossesse, et même avant ou après, il est possible de recourir à une consultation génétique : elle permet d’évaluer le risque de transmettre une maladie héréditaire. Elle s’adresse donc à des couples présumés à risques. Un généticien pourra faire appel à d’autres experts pour l’assister. Ils procèderont à une enquête familiale qui peut être complété par des tests génétiques plus poussés. Le but est de vous faire connaître les risques de transmettre à votre bébé.

Rester belle

Enceinte, vous êtes resplendissante ! Mais vous devez adapter vos rituels de soins et commencer par éviter certaines huiles essentielles qui peuvent avoir des conséquences sur le développement de votre bébé.

Une belle peau : votre peau peut être plus sèche que d’habitude. Dans ce cas, il sera utile que vous changiez de crème hydratante pour en prendre une plus riche. Buvez beaucoup d’eau (2 litres par jour) et évitez les lotions à base d’alcool, la paraben et les huiles essentielles. Le mieux est de vous faire conseiller par un dermatologue.

Il se peut que la valse des hormones qui s’opère en vous provoque une poussée d’acné due à une hypersécrétion et une rétention de sébum. Le seul traitement possible est la prise de zinc que votre médecin pourra vous conseiller et prescrire.

Le soleil, votre ennemi : si vous vous exposez au soleil, vous pouvez voir apparaître un masque de grossesse, appelé aussi le chloasma. 70 % des femmes enceintes sont concernées au 4ème mois. La consigne : restez à l’ombre et protégez-vous si vous ne voulez pas voir apparaître ces tâches brunes disgracieuses sur votre visage. Si malgré vos précautions, elles apparaissent, votre dermatologue saura vous conseiller sur la marche à suivre.

Les vergetures : comment les éviter ? Hélas, les femmes ne sont pas égales devant les vergetures. Certaines ne verront pas l’ombre d’une vergeture alors que d’autres ne pourront que constater que leur peau se strie.

Les femmes enceintes produisent une hormone, le cortisol, qui réduit l’élasticité de la peau. Avec la prise de poids, les fibres qui soutiennent la peau se détendent et craquent. Des marques blanches apparaissent : elles auront tendance à diminuer après la grossesse mais resteront visibles.

Il y a trois moyens de les prévenir. Le premier est une prise de poids modéré et le second l’hydratation de la peau et l’application de crèmes adaptées : Mustela (19 euros environ), Galenic (19 euros environ), Clarins (43 euros environ), Lierac (23 euros environ), Biotherm (29 euros environ) etc…

Autres solutions pour les mamans bio : se masser avec de l’huile d’amande douce (Pranarom, 5,50 euros environ), de l’huile d’avocat (Melvita, environ 8 euros), du beurre de karité (Cattier, 10 euros environ), un melange d’huile d’amande, de jojoba, de germes de blé (Welleda, 18 euros environ)

Ces produits sont à découvrir chez Sephora, Bébé au naturel, Envie de fraises, Pharmoplus en pharmacie, magasins bio ou en grandes surfaces. N’hésitez pas à demander des échantillons !

Quand annoncer votre grossesse à votre employeur ?

Il n’y a aucun délai légal pour annoncer sa grossesse à son employeur. Mais ne tardez pas trop à la faire pour deux raisons :

> votre grossesse va finir par se voir et il vaut mieux que votre employeur l’apprenne de votre bouche que de celle de vos collègues

> vous vous protégez : à partir du moment où vous déclarez votre grossesse, vous ne pouvez plus être licenciée.

Vous pouvez l’annoncer oralement à votre supérieur puis envoyer une lettre avec accusé de réception pour formaliser votre déclaration.