Votre 5ème mois de grossesse : conseils entre amies

2ème échographie, découverte du sexe de bébé, choix de la maternité... Pendant votre 5ème mois de grossesse, vous ne saurez plus où donner de la tête !


Votre 5ème mois de grossesse : conseils entre amies

La deuxième échographie

Elle est très belle car bébé ressemble beaucoup au nouveau-né qu’il sera. Parfois, vous le verrez sucer son pouce ! Et c’est lors de cette deuxième échographie que vous allez pouvoir connaître le sexe de bébé. Généralement, il faut l’œil exercé de votre médecin pour déterminer si bébé est une fille ou un garçon mais il arrive que le doute ne soit pas permis et que les parents découvrent eux-mêmes le sexe de leur enfant.

Cet examen a aussi et surtout pour but de déceler d’éventuelles déficiences ou malformations : pour être optimal et être réalisé dans les meilleures conditions, il doit avoir lieu entre la 22 et la 24ème semaine. Votre échographe vérifiera la taille de bébé, mesurera tous ses membres, le diamètre de sa tête… Dans l’immense majorité des cas, bébé est en pleine forme. Au cas où il existerait un doute, l’opérateur prendra un deuxième avis. Il existe plusieurs types d’anomalies, (curables ou non) mais la loi autorise l’interruption médicale de grossesse sur décision de la mère. C’est toujours une décision redoutable et particulièrement éprouvante pour les couples.

La position du placenta est aussi étudiée avec attention : il doit se situer au fond de l’utérus ou en haut des parois latérales. Si le placenta se trouve en bas, près de l’orifice, on dit qu’on est en présence d’un placenta bas inséré. Des saignements peuvent survenir et alors, certaines précautions doivent être prises. On conseille souvent à la maman de rester allongée. Si le médecin constate qu’il y a eu un décollement du placenta (placenta praevia), il existe alors un risque de prématurité, ce qui nécessite un suivi médical particulier. Si le placenta est recouvrant, situé très bas, pratiquement à la sortie de l’utérus, on peut craindre une hémorragie ou une naissance prématurée. Une césarienne sera alors pratiquée

Peut-on choisir le sexe de bébé ?

La réponse est clairement non ! Et ce même si certains parents souhaitent ardemment une fille ou un garçon. Il n’existe aucune recette magique pour déterminer le sexe d’un bébé à l’avance. Le seul cas qui pourrait justifier de choisir le sexe de son enfant est d’éviter de transmettre une maladie génétique qui ne touche que les filles ou que les garçons. La technique la plus efficace dans ce cas consiste à choisir des embryons en laboratoire dont on va chercher à connaître le sexe. Cette démarche n’est possible que dans un cadre légal très strict et s’effectue dans des laboratoires agrées : c’est le diagnostic pré-implantatoire. Un caryotype effectué sur une cellule prélevé sur un embryon va permettre non seulement de connaître son sexe mais aussi de savoir s’il est atteint par une maladie génétique.

Enceinte, faites du sport !

Le savez-vous ? Il est sain de faire du sport lorsqu’on est enceinte. Entendons-nous bien ! Il ne s’agit pas de courir un marathon. Certains sports vous sont absolument interdits : les sports subaquatiques (plongée, pêche sous-marine) mettent en danger la vie de votre bébé. D’autres vous sont fortement déconseillés : tous les sports à risque de chute (ski, équitation, VTT…), de contact (judo, karaté et même foot, rugby…) ou avec impacts (volley ball, hanball, basket ball, gymnastique, fitness…). D’autres en revanche vous sont recommandés, à faible dose : la marche, la natation, la gym douce, le yoga…

Ces pratiques sportives vous permettront de vous maintenir en forme, de limiter votre prise de poids et de diminuer les petites tensions et bobos liés à la grossesse (mal de dos…). Des études récentes montrent que l’activité physique pendant la grossesse permet aussi de diminuer les risques de diabète gestationnel.

Comment choisir sa maternité ?

Si ce n’est pas encore fait, il est temps pour vous de vous renseigner sur la maternité qui accueillera pour mettre au monde votre enfant. Le premier critère qui vous guide dans ce choix est le déroulement de votre grossesse.

Les maternités de niveau 1 disposent d’une unité obstétrique et pratiquent les actes pédiatriques les plus courants. Elles concernent donc 90 % des accouchements.

Les maternités de niveau 2 sont destinées aux mamans dont les enfants auront besoin de soins particuliers : elles disposent d’une unité de néonatalogie.

Les maternités de niveau 3 prennent en charge les femmes ayant des grossesses difficiles. Elles sont équipées d’unités pouvant prendre en charge les bébés prématurés, nécessitant une intervention chirurgicale ou chez lesquels une malformation a été décelée.

Pour l’immense majorité des femmes enceintes, choisir une maternité de niveau 3 parce qu’elle est plus équipée n'est pas souhaitable. Accoucher dans un environnement ultra médicalisé n’est pas nécessairement souhaitable.

Vous pouvez ensuite vous baser sur des critères matériels : la distance à laquelle se trouve la maternité de votre domicile, le médecin qui vous suit travaille dans telle maternité, la disponibilité de chambres individuelles, le budget que vous pouvez y consacrer : les différences entre un établissement public et privé peuvent être importantes.

Vous aurez ensuite des critères personnels. Le personnel médical de certaines maternités est plus ouvert à des méthodes d’accouchement alternatives : les préparations qui sont proposées, choisir ou pas la péridurale, l’accompagnement pendant le travail, le choix de la position pour accoucher, le fait de favoriser ou pas l’allaitement, le peau à peau… L’ensemble de ces critères vous aidera à choisir le lieu de naissance de bébé. Mais dans le milieu rural, ce choix est parfois impossible : un seul établissement de santé est à même d’accueillir les futures mamans.