Accouchement : départ pour la maternité !

Le jour J est arrivé. Début du travail, départ pour la maternité... La rencontre avec bébé est imminente. Mais savez-vous comment gérer vos contractions ?


Accouchement : départ pour la maternité !

La rencontre est imminente. Vous ressentirez sans doute un mélange d’appréhension et d’excitation. Même si vous vous languissez de découvrir votre enfant, profitez de ces derniers moments pour vous faire plaisir, satisfaire vos envies et vous reposer. Si vous avez déjà des enfants, vous avez dû penser à un mode de garde pour les aînés le jour où vous partirez à la maternité. Et vous avez certainement repéré le trajet pour vous y rendre.

Quand partir à la maternité ?

Plusieurs signes vont vous alerter et vous indiquer qu'il est temps de vous rendre à la maternité : la perte du bouchon muqueux, la perte des eaux, et bien sûr les premières contractions !

Le bouchon muqueux

Comme nous l’avons dit, le bouchon muqueux est un mélange de glaires qui bouchent le col de l’utérus. Sa perte indique que l’accouchement approche mais n’est pas encore imminent.

Les premières contractions : vraies ou fausses ?

Le rôle des contractions est d’ouvrir le col de l’utérus et d’aider bébé à descendre. Le col de l’utérus est long de 3 cm. Les contractions vont aider le col à se raccourcir pour au final s’effacer complètement et s’ouvrir pour faciliter le passage de bébé.

Cette période jusqu’à l’expulsion de bébé s’appelle le travail : elle peut être plus ou moins longue selon les mamans. Chez certaines, les contractions resteront espacées longtemps alors que chez d’autres elles se rapprocheront rapidement.

Les premières contractions sont en général espacées : toutes les 30 mn, toutes les 20 mn, puis toutes les 10 et les 5 mn… Elles peuvent ressembler à des douleurs similaires à celles que vous avez pendant vos règles ou à des coliques. Il arrive qu'elles se localisent dans le dos. Les contractions s’accompagnent d’un durcissement automatique de l’utérus.

La plupart du temps, elles sont douloureuses mais la douleur diffère d’une femme à une autre. Certaines positions vous soulageront. Une chaise, un coussin peuvent également vous aider à mieux supporter la douleur. La respiration est d’une très grande aide. Ne la négligez pas : essayez de souffler profondément à chaque contraction. Autre astuce appréciée des mamans en plein travail pour accompagner ces vagues de douleur : un bain chaud et des massages prodigués par votre conjoint.

Pour aider à passer cette étape délicate, gardez à l'esprit que chaque contraction aide votre enfant à descendre et qu'à chaque fois, le moment de la rencontre avec bébé se rapproche.

Lorsque les contractions sont suffisamment rapprochées, vous pouvez partir à la maternité. Ne vous précipitez pas : l’attente peut être encore longue, surtout s’il s’agit d’un premier enfant. Laissez les contractions s’installer et devenir régulières et longues. On conseille en général d’attendre d’en avoir toutes les 5 mn pendant deux heures, sauf si vous avez déjà connu un accouchement rapide.

La rupture de la poche des eaux

Cet événement est indolore. Il peut survenir à n’importe quel moment, de manière soudaine, et se traduit par la perte d’un liquide clair. Il signifie que la naissance est proche et que vous devez vous rendre à la maternité ! Sans précipitation…

La poche des eaux peut être seulement fissurée : la perte du liquide amniotique sera beaucoup plus discrète. Si vous avez un doute, votre sage-femme vous rassurera.

Si le liquide est coloré, vous devez impérativement aller consulter à la maternité : cet indice indique que votre bébé souffre.

Il peut arriver que la proche des eaux reste intacte jusqu’à ce que le travail soit bien avancé. La sage-femme qui vous accompagnera lors de votre accouchement peut prendre l’initiative de la percer. Généralement, les contractions qui suivent ce geste sont beaucoup plus intenses. Mais si la poche des eaux est préservé jusqu’à la naissance de votre enfant, on dit qu’il naît coiffé.

A la maternité

Votre dossier en main, vos valises sous le bras, accompagnée par le papa ou une personne proche, vous allez vous rendre calmement à la maternité.

A l’arrivée…

La sage-femme qui vous recevra vous interrogera sur vos contractions, vos sensations, la perte éventuelle de la poche des eaux. Puis elle vous examinera : tension, poids, analyse d’urine, prélèvement vaginal, prise de sang, examen gynécologique, monitoring…

Grâce à ces examens, elle va pouvoir évaluer si votre accouchement est proche ou pas ainsi que la position de bébé. Si la dilatation du col a commencé, elle vous demandera de rester à la maternité. Dans le cas contraire, elle vous proposera de rentrer chez vous, sauf si vous avez déjà perdu les eaux.

Le début du travail

Si vous restez à la maternité, on vous installera dans une chambre, simple ou double, ou en salle de prepartum, pour attendre que votre col s’ouvre. Les contractions peuvent être plus ou moins efficaces et cette période peut durer quelques heures ou de longues heures… D’où l’intérêt d’apporter des livres ou de la musique ! Durant le travail, l’équipe médicale vous rend régulièrement visite mais si vous avez une inquiétude, il vous suffit de l’appeler pour qu’une infirmière vous rassure. On vous demandera certainement de ne pas manger ni boire dans l’éventualité d’une anesthésie générale. Un brumisateur vous sera d’une grande aide pour vous désaltérer.

L’attente peut donc être longue mais pour vous aider à mieux la supporter, il est recommandé de bouger et de marcher, voire de monter ou descendre des escaliers ! Une chaise, un coussin d’allaitement, un gros ballon peuvent vous être d’un grand secours pour trouver une position confortable. Toutes les positions en extension vous aideront à mieux supporter la douleur : la respiration, longue et profonde, en sera facilitée. Elle vous permet de bien oxygéner votre bébé et vous-même.

Selon les douleurs, votre ressenti ou la position de bébé, vous adopterez spontanément certaines positions : droite en étirement, en appui sur un support le dos étiré, couchée sur le côté, à quatre pattes… Testez ces positions avant de partir pour vous les rendre familières.

En salle de naissance

Lorsque votre sage-femme estime que votre col est assez dilaté, vous serez installée en salle de naissance. Une perfusion vous sera installée pour que vous receviez glucose et eau en quantité nécessaire. Le monitoring sera installé afin de surveiller le rythme cardiaque de bébé.

La dilatation du col

Les contractions vont devenir très fréquentes (toutes les 3 à 5 minutes) et longues (1 minute). Il faut essayer de vous concentrer sur votre respiration. A chaque contraction, votre col s’ouvre un peu plus et votre bébé se rapproche de vous !

Quand une contraction se fait sentir, expulsez l’air de votre poitrine, puis inspirez en faisant passer l’air dans votre ventre : c’est une respiration abdominale qui fait gonfler le ventre, puis expirez profondément et lentement en rentrant le ventre. Cette respiration sera reprise le temps de la contraction. A ce stade, évitez de pousser et de vous contracter. C’est à ce moment-là également que l’on vous installera la péridurale si vous la demandez. Mais à partir du moment où la péridurale sera posée, vous ne pourrez plus bouger aussi facilement.

L’accouchement déclenché

Pour des raisons de confort ou par nécessité médicale, l’accouchement peut être déclenché. C’est le cas de moins de 20 % des accouchements. L’accouchement déclenché pour des raisons personnelles ne le sera qu’avec l’accord des médecins. Il ne faut pas que ce soit une première naissance et le déclenchement doit avoir lieu après 39 semaines d’aménorrhée.

Des motifs médicaux peuvent aussi le justifier : si la poche des eaux est rompu et qu’un délai de 24 heures est passé, en cas de complication pour le bébé ou si la date d’accouchement est dépassée.

Un examen gynécologique est alors pratiqué pour connaître le maturité du col. Un col mou se dilatera plus vite. Si votre col n’est pas assez mature, il faudra faire preuve de patience. Un gel sera appliqué dans votre vagin : il doit favoriser l’ouverture du col. Il se peut qu’une deuxième application soit nécessaire.

Si le col est assez mature, des ocytocines vous seront administrées pour provoquer des contractions utérines et déclencher l’accouchement. Par la suite, la sage rompra la poche des eaux et votre accouchement se déroulera de manière classique.