Accouchement : Comment pousser ?

Le jour J arrive à grand pas mais une question vous taraude : vais-je y arriver ? Vous vous demandez si vous réussirez à pousser convenablement pour faire sortir votre bébé naturellement. On vous éclaire sur la question.


Accouchement : Comment pousser ?

Pousser est un réflexe

Si vous accouchez de façon naturelle, vous aurez un réflexe de poussée irrépressible. Ce réflexe se manifestera dès lors que votre bébé sera engagé dans votre bassin car il va appuyer sur votre périnée et sur le rectum. Lors des contractions vous pousserez alors naturellement, ce réflexe est comparable à l’envie d’aller à la selle ou à celle de vomir, on ne peut pas se retenir. Les muscles abdominaux inférieurs font remonter l’utérus et entrainer le bébé vers le bas, le diaphragme remonte comme lorsque l’on vomit puis, l’expiration contracte l’utérus naturellement.

Pour un accouchement sans péridurale, le réflexe est automatique et puissant. La plupart du temps l’expulsion ne nécessite même pas d’aide extérieure.

La péridurale nécessite la simulation du réflexe

Sous péridurale, ce réflexe naturel disparait même si cela dépend du dosage. Il faut que la femme pousse volontairement, exactement comme pour aller à la selle. La péridurale détend les muscles, notamment le périnée, qui joue un rôle clé dans l’expulsion. Les anesthésiants endorment le bas du ventre et empêchent la femme de sentir que son bébé est engagé dans le bassin et prêt à sortir. L’équipe médicale doit donc indiquer à la patiente quand pousser. L’inhibition de ce réflexe nécessite une surveillance particulière de l’état d’avancement du travail et de la santé du bébé. Cependant, si le dosage des anesthésiants est minutieux, il se peut que l’on sente le bébé descendre et que l’on conserve certain réflexes mais ce n’est pas le cas pour toutes les péridurales.

Les avis sont tout de même partagés sur la question de la péridural puisque certains médecins affirment que le réflexe de poussée ne disparait jamais que ce soit sous péridurale ou même dans le coma. Il n’aurait pas lieu car les équipes médicales n’attendent pas que le bébé descende suffisamment pour déclencher le réflexe. Pousser trop tôt serait même nocif pour les organes.

La position classique ne facilite pas l’expulsion

Sous péridurale, la femme n’ayant ou ne sentant pas le réflexe de poussée, est invitée à se positionner sur le dos, jambes écartées. La position est pratique pour l’équipe médicale mais elle n’aide pas à l’expulsion, la femme est moins mobile et ne bénéficie pas de l’avantage de la gravitée. Lors de la poussée les organes descendent vers le bas et cela peut entrainer des soucis comme l’incontinence par la suite. La femme doit fournir plus d’efforts et se fatigue donc plus vite. Pour faciliter les choses, on peut s’orienter sur des positions debout, accroupie ou à quatre pattes. Finalement, comme lorsque l’on va à la selle, une bonne position suffit à l’expulsion.

Est-il possible de s’entrainer ?

Il s’agit d’un réflexe et par définition les réflexes ne s’apprennent pas, ils ont seulement lieu. Les préparations à l’accouchement peuvent aider à gérer sa respiration mais il n’est pas dit que le rythme soit le même le jour J, on ne peut pas vraiment prévoir. Cela dit, les préparations à l’accouchement ne sont pas inutiles, elles peuvent vous éclairer sur la façon dont vous voulez faire naitre votre enfant : avec ou sans péridurale, dans telle ou telle position …

Tout cela semble compliqué mais ne vous en faites pas, vous saurez naturellement quoi faire le jour J et quoi qu’il arrive, votre bébé finira bien par mettre le nez dehors ! 

 

Source photographique : Famille magazine