Prolapsus génital : conséquence d'un accouchement difficile

Même si le prolapsus génital est une réaction courante après l'accouchement, peu de personnes savent exactement de quoi il s'agit, en quoi cela consiste et comment y remédier...


prolapsus génital

Prolapsus génital : introduction à ce phénomène

Plus communément appelée « descente d'organes », le prolapsus, est un problème courant après l'accouchement (lorsque le travail fut long et difficile, suite à une expulsion brutale, ...) mais aussi chez les femmes autour et au-delà de la ménopause ainsi que chez les femmes qui connaissent des problèmes d'obésité ou de constipation permanente.

Les organes du bassin tel que l'utérus, la vessie, l'urètre et le rectum sont soutenus et maintenus en haut, par des ligaments souples et en bas, par le périnée qui ferme la région pubienne. Ces tissus peuvent être faibles congénitalement ou avoir été trop sollicités (par des grossesses, une obésité, l'âge, ...). Le relâchement musculaire et la perte de tonicité entraînent un prolapsus. C'est-à-dire que l'utérus et le col vont s'affaisser vers le bas. S'enfonçant donc graduellement dans le vagin en entraînant parfois la vessie et une partie du rectum. Les organes peuvent même, dans certains cas sévères, s'extérioriser.

Différents problèmes peuvent en découler en fonction de l'importance de l'affaissement entre autres : des tiraillements dans le bas-ventre, des pertes urinaires, une constipation ou une incontinence anale, une proéminence d'un organe dans le vagin (qui se révèle par la perception d'une boule à l'intérieur du vagin ou à l'orifice vulvaire), des douleurs lombaires, des difficultés sexuelles.

Comment prévenir un relâchement ?

De manière générale, vous devez éviter de porter des charges lourdes, la station debout prolongée, de pratiquer des sports comme l'équitation si vous avez une prédisposition à une faiblesse des muscles du périnée. Pratiquez également des exercices qui permettront de renforcer les muscles du plancher pelvien. Inscrivez-vous à un cours de gymnastique !

Avant l'accouchement : Vous pouvez apprendre à contracter les muscles du périnée afin de maîtriser plus facilement le travail lors de l'accouchement d'où l'utilité des méthodes de préparation à l'accouchement qui vous aideront à acquérir les techniques de relaxation et de respiration appropriées. On peut également effectuer une épisiotomie préventive dans le but d'éviter une déchirure ou une distension permanente.

Après l'accouchement : après un délai de 6 semaines, vous pourrez effectuer une rééducation périnéale et abdominale.

Prolapsus génital : quel traitement ?

Le traitement dépend essentiellement de la sévérité du prolapsus et de la gêne qu'il occasionne. Voici quelques méthodes de traitement proposées par les médecins :

  • la rééducation périnéale,
  • l'électro-stimulation et le biofeedback,
  • une hormonothérapie locale surtout pour les femmes approchant de la ménopause (oestrogènes, crèmes et ovules aux hormones, ...),
  • on peut recommander temporairement un pessaire. Il s'agit d'un anneau souple en caoutchouc ou en plastique que l'on introduit dans le vagin pour maintenir l'utérus en place,
  • une intervention chirurgicale visant à soutenir entre autres l'utérus et la vessie à l'aide de bandelettes résorbables ou non,
  • une hystérectomie s'envisage aussi. L’hystérectomie désigne l’ablation chirurgicale de l’utérus.

Vous l'aurez compris, le prolapsus ne touche pas que les femmes ménopausées !