L’intolérance au gluten : Comment réagir ?

Dès la naissance de votre jeune enfant, son ventre est presque aussi fragile que sa peau. Un facteur que les jeunes parents peuvent des fois ne pas prendre en compte, d'où l'apparition de l'intolérance au gluten.


L’intolérance au gluten : Comment réagir ?

Certains symptômes peuvent contribuer à l’apparition de la maladie cœliaque (autrement appelée « intolérance au gluten ») chez les nourrissons, tels que l’absence d’allaitement maternel, un apport trop important en gluten, ou bien tout simplement une prédisposions génétique.

Comment cela se produit ?
Il s’agit d’une réaction physique totalement explicable. Il s’agit d’une détérioration de la paroi intestinale de votre enfant qui se déclenche lorsque le gluten entre en contact avec certaines parties de l’intestin grêle. Si l’intestin est touché, alors il n’arrive plus à absorber les nutriments contenus dans les aliments. Ce qui explique les vomissements et diarrhées qui sont les conséquences de cette mauvaise gestion du système digestif.

Il est donc conseillé de faire attention à la suralimentation en gluten durant les deux premières années. Cette surcharge de gluten pourrait favoriser l’apparition de l’intolérance car le corps du jeune chérubin n’est pas encore prêt à accueillir une alimentation beaucoup trop riche.

En cas de vomissements inhabituels, ballonnements, trouble violent du poids, n’hésitez pas à consulter votre pédiatre.

 

Voici les conseils de nos spécialistes afin de prévenir ou de tenir un régime sans gluten :

  •  Les aliments à éviter : amidon de blé ou d’autres céréales, malt, panure, chapelure, céréales du petit déjeuner, plats, glace, laits au chocolat, fromages fondus, sauces, yaourts parfumés, crème dessert, potages, pâtes provenant du commerce.
  • Lui faire consommer de préférence des produits sans gluten : ces aliments sont de plus en plus simples à trouver dans le commerce et en grande surface. Renseignez-vous auprès d’eux.
  • N’hésitez pas à donner des céréales riches en gluten aux bébés âgés de 4 à 6 mois. D’après de nombreuses études, il s’agit de la période idéale pour l’organisme du bébé afin de l’immuniser contre toute intolérance future.
  • Pour plus de renseignements et méthodes à adopter, nous vous invitons à consulter directement votre médecin afin que vous puissiez discuter pleinement de ce sujet.

 

Photo : www.parents.fr