Se faire obéir sans crier, c'est possible ?

Ne pas crier... ça vous tente ? Voici quelques trucs pour éviter les crises à répétition à la maison !
 


Se faire obéir sans crier, c'est possible ?

Ne pas crier… ça pourrait devenir votre prochain mantra. Pas facile à appliquer au quotidien quand la fatigue, le stress et l’inépuisable imagination de votre bambin pour faire des bêtises s’en mêlent.

 Une bêtise, un refus d’obéir entraîne généralement des cris, des reproches et bien souvent suit un sentiment de mal-être et de culpabilité. Chez un enfant, tout est prétexte au refus ou à la négociation ! S’habiller, manger, se laver, arrêter de jouer, ranger… Comment sortir de ce cercle vicieux ?

La première des règles est de fixer vos propres limites : elles sont subjectives et  vont varier d’une famille à une autre. Vous constaterez rapidement que la mémoire fait défaut aux enfants quand il s’agir d’intégrer une règle. Vous allez découvrir les vertus de la répétition : il faudra en effet énoncer de nombreuses fois vos interdits, sans perdre patience !

Comment posez vos limites ?

- Mettez-vous à hauteur de l’enfant
- Interrompez toute autre activité et regardez-le dans les yeux
- Parlez calmement, clairement, sans vous énerver
- Utilisez le « je » pour parler : « je veux que tu prennes une douche le soir » au lieu de « maman veut… »
- Enoncez la règle, en l’expliquant mais sans vous justifiez. Après tout, c’est vous qui décidez et savez ce qui est bon pour votre enfant !
- Faites répétez la règle et vérifiez que votre petit l’a bien comprise en lui demandant de la reformuler et de l’expliquer.
- Montrez lui qu’il y a des choses interdites mais d’autres qui sont permises. Par exemple, « tu ne peux pas faire du vélo sur la route, mais sur le trottoir tu peux ».

Petite astuce, si vous souhaitez obtenir une attitude précise de vos enfants, prévenez-les : « dans 10 mn, on éteint la télé ». « Dans 5 minutes, on mange, on prend le bain ». Etc… Cette première alerte permet à l’enfant de se préparer et d’être moins frustré lorsqu’il devra interrompre son activité.

Et il ne faut pas oublier non plus que les enfants prennent modèle sur leurs parents. Soyez cohérent et respectez vos propres règles. Si vous interdisez de manger en dehors de la cuisine, évitez de grignoter dans le salon !

N’hésitez pas à encourage et féliciter vos enfants quand leur attitude est correcte : ils sont passés à table sans faire d’histoire, la toilette n’a pas été un champ de bataille ? Félicitez-les, encouragez-les quand leur attitude est positive.

La limite est franchie, une bêtise est faite, comment réagir ?

Tout d’abord, si vous sentez que vous êtes en train de perdre votre contrôle et votre calme, mettez votre enfant en sécurité et éloignez-vous. Accordez-vous un temps pour prendre du recul, souffler et vous calmer. Une fois la tension redescendue, vous pouvez avoir une discussion sérieuse et constructive avec votre enfant.

- Demandez à votre enfant de répéter la consigne et vous-même, expliquez-la à nouveau
- Rappelez-lui que vous n’êtes pas d’accord et exprimez vos sentiments : « je suis en colère parce que… »
- Ne cherchez pas d’excuses ou d’explications. Si vous pensez que sa bêtise doit être interprétée, demandez-lui franchement ce qu’il a voulu faire.
- Ecoutez son histoire. Peut-être y a-t-il une bonne explication. Faut-il adapter la règle ou éloigner la tentation ?
- Sollicitez-le pour trouver une solution au problème. Comment réparer sa bêtise ? D’après lui, qu’est-ce qu’il faudrait faire si la règle n’est pas respectée ?

L’application de ces quelques principes devrait permettre d’apaiser le climat familial et de poser les bases d’une relation plus sereine.