Le développement de bébé : la marche à quatre pattes

Marcher à quatre pattes est le début de l’autonomie pour bébé. C’est aussi un long processus d’apprentissage.


Le développement de bébé : la marche à quatre pattes

Marcher à quatre pattes est pour bébé une grande étape. Il va enfin pouvoir se déplacer de façon autonome et découvrir le monde qui l’entoure ! Mais avant de pouvoir se déplacer tout seul, bébé doit passer par quelques étapes. Ce n’est que vers10 mois qu’il pourra aller où bon lui semble.

Les étapes préalables à la marche à quatre pattes : rester assis

Marcher à quatre pattes est le résultat d’un long processus d’apprentissage. Avant de pouvoir songer à se déplacer, il faut que bébé soit capable de tenir assis tout seul. Son dos est droit, ses jambes le stabilisent, ses bras l’équilibrent. Il est à l’aise : il tourne sa tête, n’hésite pas à se pencher en avant ou en arrière. Ses muscles sont suffisamment puissants et développés pour se maintenir assis. En général il acquiert cette aptitude entre 6 et 7 mois.

Les étapes préalables à la marche à quatre pattes : se mettre à quatre pattes

Par la suite, il tentera de se mettre en appui sur ses mains et ses genoux. Souvent, c’est en essayant d’attraper un jouet ou un objet attrayant qu’il va se pencher en avant et se retrouver sur les mains. Petit à petit, il arrivera à lever son postérieur et à replier une jambe. A ce moment-là, il n’est pas rare qu’une jambe reste coincée ! Une aide sera la bienvenue pour lui montrer comment se mettre à quatre pattes.

Le voilà enfin à quatre pattes ! Mais il n’avance pas encore. Pas facile de coordonner ses mouvements ! Bébé va tester son équilibre. Il va se balancer d’avant en arrière, comme pour se donner de l’élan, avancer un bras ou une jambe de manière désordonnée… Tout cela peut prendre des semaines ! Vous pouvez le stimuler en lui présentant un jouet et en lui demandant de venir le chercher.

Les étapes préalables à la marche à quatre pattes : avancer à quatre pattes

Puis petit à petit, il comprendra qu’en poussant sur ses jambes et ses bras, il peut se déplacer.  Il arrivera à avancer un bras, puis la jambe opposée et ainsi de suite. Dès qu’il aura intégré l’avantage de ce processus, il prendra de l’assurance et très vite se transformera en petit bolide.

Les précautions à prendre quand bébé fait du quatre pattes

Marcher à quatre pattes, c’est une véritable aventure ! Mais qui dit aventure dit petit aventurier…

A partir du moment où votre petit va commencer à se déplacer chez vous, il va falloir sécuriser toute votre maison : l’intérieur et l’extérieur.

Par terre, rien de doit traîner qui puissent représenter un danger pour bébé : objet coupant, pointu, petit objet pouvant être avalé… Les prises électriques doivent être protégées. Les objets lourds et instables seront rangés, pour éviter qu’ils ne tombent sur votre petit. Les plantes et les croquettes de votre animal préféré deviendront inaccessibles, sous peine de servir de repas à bébé. Et gare aux escaliers ! Une chute est très vite arrivée. L’installation d’une barrière en protègera l’accès. Votre vigilance doit également porter sur les fenêtres, surtout si vous habitez en immeuble. Car la prochaine étape après le quatre pattes est de se mettre debout. Et là, la fenêtre n’est plus très loin…

Dans le jardin, même combat ! Une bonne astuce est de se mettre à hauteur de son bambin pour visualiser tout ce qui pourrait représenter un danger pour lui. Si vous avez une piscine, vous devez redoubler de vigilance. Faites tout ce qui est nécessaire pour la sécuriser et rendre l’accès à la piscine impossible. Des accidents dramatiques ont lieu chaque année.

Et s’il ne fait pas du quatre pattes, faut-il s’inquiéter ?

Certains enfants ne feront jamais de quatre pattes : tout au plus, ils resteront en appui sur les bras et les genoux. Ils préfèreront avancer sur les fesses, ramper sur le ventre… Il n’y a pas d’inquiétudes à avoir. L’objectif est de se déplacer quel que soit le moyen.

Si à l’aube de sa première année, votre bébé ne manifeste aucune envie d’avancer, évoquez ce problème avec votre médecin.