L’importance du sommeil chez les enfants

Brigitte Langevin, spécialiste du sommeil, parle des bienfaits du sommeil sur nos enfants.Brigitte Langevin, spécialiste du sommeil, parle des bienfaits du sommeil sur nos enfants.


L’importance du sommeil chez les enfants

Quels sont les bénéfices du sommeil ?

Dormir est essentiel pour l’enfant. Il ne s’agit pas d’une simple « mise en veille » de l’activité physique et mentale. En effet, lorsque bébé dort, tout continue à fonctionner sur le plan physiologique : la sécrétion de l’hormone de croissance, l’élimination des déchets, le renforcement de son ossature, la cicatrisation des plaies et la réponse de l’activation immunitaire (c’est-à-dire la lutte contre les virus).

De plus, des études ont révélé que les enfants effectuant régulièrement des siestes s’adaptaient plus facilement aux nouvelles situations et avaient tendance à avoir moins de retard scolaire plus tard que ceux qui n’en faisaient pas.

A quel moment le sommeil est-il le plus réparateur ?

Le sommeil se divise en deux grandes catégories : le sommeil lent et le sommeil rapide. Le premier a lieu lorsque les ondes électriques du cerveau sont lentes tandis que le second opère lorsqu’elles sont rapides. Durant le sommeil lent, la régénération physiologique s’opère. Pendant le sommeil rapide, c’est la régénération psychologique qui agit. Les premières heures de sommeil sont plus réparatrices pour le corps physique, quelle que soit l’heure à laquelle on se couche.

Quelles sont les conséquences d’un manque de sommeil ?

Un enfant en manque de sommeil changera de comportement. Il développera des problèmes de concentration, aura un seuil de frustration plus bas et sera plus irritable. Ses émotions seront exacerbées : les crises de pleurs ou de colère ne manqueront pas. Enfin, son système immunitaire sera affaibli, il sera donc plus vulnérable face à la maladie.

Jusqu’à quel âge faut-il préconiser la sieste ?

Chez les enfants, la sieste devrait être maintenue jusqu’à l’âge de 5 ans. Cependant, la spécialiste avance que vers 4 ans, la sieste devient plus une période de repos que de sieste. L’enfant ne s’endormira pas forcément mais fera un « temps calme ».

Crédit photo : infoleet.com