Sommeil de bébé : l’apnée du sommeil

Les apnées du sommeil chez les bébés doivent être prises au sérieux : ces conséquences sur la santé d’un bébé peuvent être graves.


Sommeil de bébé : l’apnée du sommeil

Un bébé qui ronfle, on peut presque trouver ça mignon ! Mais ce ronflement peut révéler un problème plus important : l’apnée du sommeil. Cette affectation, plutôt rare, concerne 1 à 2 % des enfants, souvent âgés de 2 à 7 ans : elle se traduit par des irrégularités respiratoires pouvant aller jusqu’à un arrêt momentané de la respiration pendant le sommeil de bébé.

Bébé devient pâle, et mou. La plupart du temps, il va récupérer rapidement et sans aide extérieure mais une stimulation peut aussi être nécessaire. Chez un bébé, on parle d’une apnée du sommeil lorsque quatre interruptions de la respiration par heure sont constatées. Très impressionnant, ce phénomène est difficilement explicable.

Différentes sortes d’apnées du sommeil

Certaines de ces apnées peuvent être dues à une gêne respiratoire due par exemple au volume des végétations ou des amygdales qui nécessitera une surveillance nocturne et un suivi ORL. Il s’agit d’une apnée obstructive qui peut aussi être causée par un relâchement des muscles de la gorge et de la langue ou un obstacle mécanique.

D’autres apnées du sommeil peuvent survenir à cause d’une hyperréactivité vagale (20 à 25 % des malaises graves) qui sera diagnostiquée grâce à un examen cardiaque, ou à cause d’un dysfonctionnement neurologique. On parle alors d’une apnée centrale.

Des précautions à prendre pour lutter contre l’apnée du sommeil

Dans tous les cas un minimum de précautions - et avant même qu’un diagnostic ne soit posé - s’imposent : matelas ferme, pas d’oreiller ou de couverture, ni doudous, pas de chaine autour de cou ou de tétines, éviter le couchage sur le ventre, une température de 19 à 20°C dans la pièce.

Une consultation chez un médecin est également indispensable pour remédier à ce problème qui peut compromettre la croissance de bébé, entraîner des troubles du développement psychomoteur ou intellectuel, des difficultés scolaires pour les enfants plus grands ou provoquer dans les cas les plus graves, une mort subite du nourrisson.