La sieste de bébé : pourquoi est-elle bénéfique pour votre enfant ?

Ce n'est pas parce que bébé dort l'après-midi qu'il ne dormira pas le soir. Les vertus de la sieste pour bébé sont nombreuses.

La sieste de bébé : pourquoi est-elle bénéfique pour votre enfant ?

Quand bébé ne veut pas dormir le soir, il est facile d'accuser la sieste. C'est une attitude injuste car ce petit sommeil de l'après-midi est souvent le garant d'une nuit réussie.

  • Saviez-vous que le simple fait de s’allonger permet à votre enfant de mettre au repos la partie de son cerveau mobilisée pour maintenir son corps en équilibre vertical, de donner du répit à certains de ses muscles contractés à certains de ses muscles contractés en permanence pour que sa colonne tienne bien droite, de soulager ses vertèbres tassées par la station debout ou assisse, de libérer sa circulation sanguine.
  • Par ailleurs, votre bébé va fermer les yeux, ces petites caméras qui captent à elles seules 80% des informations environnantes. Son cerveau a besoin de lâcher prise dans la journée, au moins le temps d’un ou deux cycles de sommeil. Au réveil, le voilà tout guilleret et joyeux, les sens en éveil.
  • D’autre part, c’est pendant le sommeil calme et profond que son organisme sécrète l’hormone de croissance.
  • Enfin, la sieste a comme autre avantage d’autoriser un temps de régression infantile en pleine journée.

Dormir pendant la journée permet à votre enfant de se reposer et de se détendre parce qu’il va cesser d’accumuler la fatigue nerveuse si préjudiciable à l’endormissement et au bon sommeil.

En effet, un enfant qui ne dort pas la journée alterne les phases de surexcitation et d’abattement, il est alors tellement fatigué le soir qu’il ne peut plus trouver le sommeil.

Bien reposé, votre enfant devrait donc aborder la soirée calme et bien reposé et se laisser gagner par le sommeil sans lutter. Ce repos se fait à un moment où votre bébé montre une baisse de régime, généralement après le repas de midi, où il manifeste clairement des signes de fatigue :

  • succion du pouce
  • somnolence
  • frottement des yeux avec sa main

La sieste permet également d’assurer un sommeil de bonne qualité tout au long de la nuit.

Pourquoi ? S’effectuant en sommeil lent profond, la sieste permet de ne pas avoir de déficit dans ce type de sommeil, éminemment réparateur des forces physiques mais peu de la fatigue cérébrale. En effet, lors d’un manque de sommeil, c’est toujours le sommeil lent profond qui se récupère en premier, au détriment du sommeil paradoxal (celui des rêves). Or beaucoup de sommeil lent profond en début de nuit perturbe l’alternance normale des cycles de sommeil lent/sommeil paradoxal, ce qui est la cause directe des terreurs nocturnes.

Toutefois, il semble que le sommeil de nuit ne peut être stable que lorsque l’enfant a été suffisamment éveillé la journée. Concrètement lorsque votre enfant a passé ces deux premiers cycles de sommeil (+/- 1h30 - 2h00) et que vous l’entendez se retourner dans son lit, faites un petit peu de bruit dans la maison afin qu’il ne s’embarque pas pour un troisième cycle de sommeil.

En effet, à cheval entre deux cycles, il devrait se réveiller de bonne humeur alors que si vous le réveillez en plein milieu d’un cycle, vous vous retrouverez face à un inconsolable grognon.

La sieste apprend à aimer dormir

Comme la sieste se fait exclusivement en sommeil lent, elle n’est dérangée par aucun rêve ni trouble. Votre enfant peut s’y abandonner en toute sérénité et sans avoir l’inquiétude de la séparation.

Vers 2-3 ans, l’enfant peut utiliser la sieste comme un moyen d’affirmer sa personnalité et refuser d’aller dormir.

Pour que la sieste ne devienne pas un pôle de tension ni son lit une punition, dites-lui qu’il n’est pas obligé de dormir mais qu’il fasse un “petit repos”, c’est à dire qu’il s’allonge un petit moment. S’il est vraiment fatigué, il s’endormira de lui-même. Sinon, il se sera quand même un peu reposé.