Le syndrome du bébé secoué, une maltraitance du nourrisson

Le syndrome du bébé secoué (ou syndrome d'impact des secousses) est un type de maltraitance infligé au nourrisson qui peut avoir de graves conséquences sur la vie de l'enfant ou sur son système neurologique.


Le syndrome du bébé secoué, une maltraitance du nourrisson

On ne dispose pas de statistiques précises sur ce syndrome. Il apparaît néanmoins que des dizaines d'enfants en France meurent d'un syndrome du bébé secoué chaque année. Les bébés de moins de 6 mois restent les plus vulnérables et les garçons semblent les plus touchés (près de 60% des victimes).

S'il ne s'agit pas toujours demaltraitance volontaire, il n'empêche que les conséquences pour la santé de l'enfant sont bien réelles, parfois même dramatiques.

Le fait de secouer ou de manipuler un bébé trop brusquement, d'agiter sa tête d'avant en arrière ou de la cogner brutalement contre quelque chose provoque des lésions au cerveau. L'enfant ne dispose pas encore de muscles assez toniques au niveau du cou permettant de maintenir sa tête. Les secousses entraînent une cohue cérébrale, un écrasement du cerveau contre la boîte crânienne, des saignements de vaisseaux sanguins déchirés, des lésions des tissus et une tuméfaction du cerveau pouvant occasionner la mort du nourrisson.

Les conséquences préoccupantes de ces oscillations peuvent être multiples: perte de conscience, léthargie, crises spasmodiques, arrêt respiratoire, paralysies, cécité, retard mental et dans certains cas, la mort. Dans les cas les moins graves, le nourrisson peut souffrir momentanément ou non de problèmes moteurs et de coordination des mouvements, d'un déficit intellectuel, de difficultés d'apprentissage, de soubresauts.

Les nourrissons victimes de ce type d'agression auront besoin de soins médicaux spécifiques parfois pour le reste de leur vie.

Ce syndrome du bébé secoué est aussi le résultat d'une maltraitance parfois inconsciente. Sans penser mal faire, certaines personnes posent des gestes dangereux pour l'enfant.

Quelques conduites à risques:

  • Excédé par les pleurs ou les cris du nourrisson, épuisé, les nerfs à fleur de peau, "l'agresseur" craque et secoue l'enfant pour le faire taire.
  • L'enfant fait un malaise, le parent secoue l'enfant pour le réanimer.
  • Le parent joue à faire l'avion avec l'enfant ou pensant l'amuser, l'envoie dans les airs avant de le rattraper.

Rappelez-vous qu'un bébé est un petit être fragile. Secouer l'enfant risque de le blesser gravement.

Si l'enfant pleure, bien souvent, c'est qu'il y a une raison. Identifiez la cause. Demandez aide et conseils à vos proches ou à des professionnels. S'occuper d'un bébé est parfois une tâche exigeante et éreintante. Faites-vous aider si vous ressentez le besoin de souffler un peu...