Le syndrome du biberon : le prévenir, le guérir

Les dents de lait de bébé peuvent aussi être cariées : c’est le syndrome du biberon. Comment le prévenir ?


Le syndrome du biberon : le prévenir, le guérir

Tout petits, les bébés peuvent être confrontés au pire ennemi des dents : les carries ! Même les dents de lait ne sont pas à l’abri. Chez les petits, on appelle ce phénomène le syndrome du biberon. Il se caractérise par l’apparition de nombreuses caries, généralement vers l’âge de 3-4 ans. Mais les enfants plus jeunes peuvent être concernés.

Pour reconnaître le syndrome du biberon, il faut bien observer les dents de devant (mâchoire du haut et du bas) : si elles présentent une légère coloration brune, votre enfant a sans doute une carie. Au moindre doute, faites-le ausculter par un dentiste.

Les causes du syndrome du biberon

Le problème ne vient pas tant du biberon que de l’usage qui en est fait et du contenu mis dans le biberon. Mettre un liquide sucré (jus de fruits, eau ou lait sucré, ou le lait sans sucre, sirop…) est le meilleur moyen de favoriser l’apparition de ces carries. Surtout si le biberon est donné la nuit : les dents ont tout le temps nécessaire pour macérer dans un liquide sucré, acide dans le cas des jus de fruits et donc agressif pour les dents !

Les conséquences

Même s’il s’agit de dents de lait, il faut les soigner. Gardez à l’esprit que ces carries peuvent être douloureuses pour l’enfant, qu’elles peuvent se propager sur d’autres dents et provoquer des infections bactériennes. Si un abcès se forme, les bactéries peuvent contaminer le sang et infecter d’autres organes.

En outre, la mastication de bébé peut être gênée et le développement harmonieux de la mâchoire entravé. Sans compter que ces caries sont inesthétiques et que bébé peut subir les moqueries des autres enfants.

Le traitement

Bien souvent, une extraction des dents doit être envisagée. Celle-ci peut se faire sous anesthésie, si nécessaire. De petites couronnes ou un appareillage peut être posés pour protéger les autres dents. Mais ces dispositifs sont coûteux et doivent être renouvelés régulièrement pour s’adapter à la croissance de l’enfant.

Prévenir vaut mieux que guérir

Le meilleur moyen pour ne pas arriver à ces traitements est la prévention qui est assez simple : supprimer tout apport de sucre dans les biberons et ne donner que de l’eau à bébé pendant la sieste ou la nuit.

Dès que les premières quenottes apparaissent, il faut commencer à les brosser avec une compresse imbibé d’eau, puis à partir de 2 ans avec une brosse à dents et un dentifrice adapté. Demandez conseil à votre pédiatre ou à dentiste qui vous dirigera vers une marque et vous indiquera les bonnes doses de fluor pour bébé.

Enfin, dès l’âge de 3 ans, bébé peut faire sa première visite chez le dentiste !