Instituteur et dans la même classe que mon enfant

Lorsqu'une mère ou un père est institutrice ou maître, elle (ou il) peut se retrouver dans la même classe que son enfant. Le parent se transforme alors en enseignant. Pour le bien de tous ? C'est ce que nous allons voir...

Instituteur et dans la même classe que mon enfant

Côté parent

Du côté de la loi, absolument rien n'interdit cette pratique. Vous pouvez donc accueillir votre enfant dans votre classe tout à fait librement. Mais cela se décide en famille. Discutez-en avec le papa de votre enfant mais aussi avec votre bambin lui-même. Parlez-en également avec l'équipe pédagogique de l'école dans laquelle vous enseignez. D'autres instituteurs, confrontés à cette opportunité dans le passé, vous feront part de leur précieuse expérience. Ensuite, la décision vous reviendra personnellement : si vous ne « le sentez pas », pas la peine d'essayer !

Sachez que si vous acceptez, il vous faudra gérer à la fois des rapports scolaires et des rapports familiaux, en toute impartialité ce qui suppose parfois de refouler vos sentiments maternels. Pas question en effet de favoriser votre enfant en classe, de le protéger des autres dans la cour de récréation,...

D'autres mamans préfèreront préserver leur journée : en étant dans une classe différente, chacun vit son propre quotidien et se fait un plaisir de le raconter à l'autre une fois que la cloche a sonné !

Enfin, on note que la maman institutrice aura tendance à exiger bien plus de son propre enfant que de ses autres élèves et souvent avec une patience extrêmement réduite !

Côté enfant

Mais c'est aussi vrai pour les parents enseignants qui ne sont même pas dans l'école de leurs enfants : passage en revue des cours de la journée, récitation des leçons, vérification des fautes d'orthographe, séance d'explication, réalisation d'exercices d'entraînement, ... Pas toujours évident d'avoir un papa prof à la maison...

En même temps, l'enfant d'enseignant est certain d'avoir un parent disponible et ouvert pour évoquer son quotidien scolaire. Un soutien dont tout le monde ne peut malheureusement pas se vanter... et qui fait ses preuves : les enfants d'enseignants ont plus de chances que les autres, quels qu'ils soient, de suivre un parcours sans faute, indiquent les études sur le sujet.

Naître fils ou fille de prof serait donc une valeur sûre. Pourtant ce n'est pas si facile. Le rapport de l'enfant de l'instituteur avec ses petits camarades peut parfois être modifié : lorsqu'on n'est pas Paul, 8 ans mais « le fils le maîtresse », pas toujours évident de se faire de copains le jour de la rentrée. Mais cette filiation peut parfois être un avantage : en entrant dans l'école secondaire où enseigne son père, Pauline s'est immédiatement sentie rassurée. Elle se sentait bien moins perdue que ses nouveaux copains.

Finalement aucune relation « enfant-parent enseignant » ne ressemble à une autre. En plus des facteurs personnels (comme l'éducation familiale, le vécu des parents), l'école (avec ses choix éducatifs, son programme pédagogique, son équipe enseignante,...) vient interférer dans chaque cas particulier. Vivre la scolarité en famille sera différent pour chacun...