Mon préado supris en train de voler : quelle sanction ?

« Tu ne voleras point! » Voilà un commandement que vous avez déjà répété à votre enfant. Pourtant, il a été pris sur le fait, « la main dans le sac »...


Mon préado supris en train de voler : quelle sanction ?

« Ma fille âgée de 12 ans a été surprise dernièrement en train de voler un tee-shirt dans un magasin de vêtements ! Mais qu'est-ce qui lui a pris de voler ? La somme était pourtant dérisoire ! » Voilà le commentaire affolé d'une maman... Pourquoi certains jeunes en arrivent à de tels comportements ? Les parents doivent-ils s'affoler ?

Durant la préadolescence et l'adolescence, les jeunes flirtent avec le risque. Franchir l'interdit constitue un jeu excitant et attrayant. Le fait de voler peut être la conséquence d'une éducation laxiste. Mais il peut également s'agir d'un défi que l'enfant ou d'autres camarades se sont lancé. Une fois le vol commis « sans bavure », le jeune a le sentiment d'être un héros.

Si les préados ont bien intégré l'idée du vol, cette notion n'est pas encore bien établie dans leurs esprits au niveau des conséquences qu'elle peut engendrer: les jeunes savent qu'ils commettent quelque chose d'inacceptable mais ne se rendent pas toujours bien compte des implications de leurs actes. En tant que parents, il s'agira pour vous de leur rappeler.

Le vol peut être induit par une frustration. Les étalages des magasins et la publicité suscitent inévitablement l'envie et le désir de posséder telle ou telle autre chose.

La question est alors de savoir si le comportement déviant de l'enfant est « exceptionnel » et circonstanciel ou si cette conduite est devenue une habitude. Dans ce dernier cas, il s'agira de s'en inquiéter et de faire appel à une aide psychologique et/ou sociale extérieure (psy, éducateur, prof, ...).

En effet, chez certains jeunes, ce comportement peut devenir compulsif... C'est ce qu'on appelle la kleptomanie, trouble du comportement qui peut être associé à d'autres symptômes ou troubles tels que la mythomanie, la dépression, des tendances suicidaires, la boulimie, ... Plus fréquent chez les filles que chez les garçons (agissant davantage sous le mode de l'impulsivité), la kleptomanie traduit souvent un profond état de détresse chez celui qui en souffre. Une aide extérieure et professionnelle semble alors indispensable.

Sans tomber dans l'extrême de la kleptomanie, le vol (qu'il soit occasionnel ou non) appelle nécessairement et obligatoirement une réponse immédiate des parents et/ou des éducateurs. Ceux-ci doivent rappeler les limites ou à tout le moins les clarifier pour que le jeune comprenne bien les enjeux réels de ses actes.

Pour éviter toute récidive, une réponse ferme et claire doit être donnée: «Tu ne recommenceras pas ! »