Face au décès de ses parents

Surmonter un décès ce n’est pas du tout évident, surtout lorsqu’il s’agit de ses parents et qu’on est dans l’âge où on en a le plus besoin…

Face au décès de ses parents

"Mes parents sont morts l'hiver dernier dans un accident de montagne. Quand des amis nous ont annoncé la nouvelle, mes deux petits frères, ma sœur et moi étions sous le choc. Mais on ne réalisait pas ce qui nous arrivait. C'était trop difficile à croire. Le matin, on se levait et on allait voir si le petit déjeuner était prêt, s'ils étaient là. Ce n'est que quelques mois plus tard qu'on a réalisé l'ampleur des changements. On est bien entourés, les gens sont toujours prêts à nous aider mais peu d'entre eux peuvent comprendre ce qui se passe dans nos têtes.

Au moment du décès et des préparatifs de l'enterrement, mes frères ne posaient pas trop de questions sur la mort. C'est maintenant que les questions arrivent à l'improviste. Pour moi, l'important c'est de leur faire comprendre clairement que nos parents ne reviendront pas. Le sujet n'est pas devenu tabou chez nous. Et même si c'est douloureux, on en parle.

Quand ça va moins bien, j'essaie de le cacher, pour ne pas attrister les autres. Comme je suis l'aînée, je me sens aussi plus responsable de mes petits frères et sœurs.

La vie continue

Si j'ai un conseil à donner aux enfants dans mon cas, c'est de parler quand ils en sentent le besoin. Dire aussi quand c'est trop pour eux. Et poursuivre les mêmes activités, garder les mêmes habitudes. C'est aussi un conseil pour les adultes : il ne faut pas changer le mode de vie d'enfants dans notre situation. Les amis de mes parents se déchirent autour du testament. Je trouve cela ridicule. Pour moi, la vie continue."