La fête des parents : bonne ou mauvaise idée ?

Ce dimanche 13 mai nous célébrions la fête des mères 2018. Les papas quant à eux seront mis à l’honneur le dimanche 10 juin prochain. Mais cette année, c’est une autre fête qui fait beaucoup parler d’elle : la fête des parents. De nombreuses écoles ont pris la décision de ne pas fêter chaque parent respectivement mais de joindre les deux fêtes pour respecter les situations familiales « différentes ». Alors bonne ou mauvaise idée ? Baby.be s’est posé la question.


La fête des parents : bonne ou mauvaise idée ?

Cette année, l’école de Singelijn a pris la décision de ne pas réaliser de bricolage pour la fête de mères mais pour la fête des parents. Une annonce qui a suscité le débat, et parfois même la colère, des parents de l’école mais aussi des internautes sur les réseaux sociaux. Chez Baby.be nous vous avons laissé la parole : 53% d’entre vous pensent qu’il s’agit d’une bonne idée. Alors que les écoles sujettes au changement sont dites « bobo » ou « révolutionnaire », revenons sur les origines et les conséquences de cette décision.

Le bien être des enfants au cœur du débat

Fêtes des mères et des pères sont désormais ancrées dans les traditions de nombreux pays, pourtant certains enfants n’ont personne à célébrer en ces jours : parents décédés, séparés ou du même sexe, il n’est pas toujours évident pour eux de passer des heures à confectionner un cadeau pour un parent qu’ils n’ont pas. Pour la plupart des instituteurs il est de plus en plus important d’être en cohésion avec la société et les mœurs actuelles.  Il y a de nouvelles familles et de nouvelles situations, parfois plus délicates que d’autres. C’est donc dans une volonté de respecter le cadre de vie de chaque enfant et de faire de leur bien être une priorité que se pose la question de la modification des traditionnelles fêtes des mère et des pères.

Domique Paquot explique, lors d’un entretien avec La Libre « Nous avions des enfants en très grande souffrance lors de la préparation de ces cadeaux, une préparation qui prenait beaucoup de temps. Il y a des parents décédés, des parents en rupture de contrat qui ne voient plus leur enfant, des familles monoparentales, des couples homosexuels, etc. Nous nous sommes donc questionnés car il était très difficile de gérer ces enfants en difficulté. Comme nous faisons de la pédagogie active, les activités d’art plastique sont nombreuses et nous faisons beaucoup d’activités qui donnent du sens. Or, faire quelque chose d’assez superficiel comme un cadeau imposé par les enseignants n’avait plus de sens pour nous."

Faut-il supprimer la fête des mères et la fête des pères ?

Si la question se pose dans de nombreuses écoles depuis quelques années, certaines sont passées à l’action. Il ne s’agit pas toujours de supprimer les fêtes traditionnelles mais de changer les habitudes. Fini les petits bricolages pour maman, cette année plusieurs écoles ont adaptées leurs activités. Certaines ont continué avec les activités manuelles mais les enfants n’étaient pas obligés d’offrir le cadeau à maman. Ils devaient simplement offrir leur bricolage à la personne aimée de leur choix. A l’école fondamentale de Beaufays par exemple, les activités ont été adaptées en fonction des classes : « Dans les classes des tous petits, les mamans sont reçues pour un petit-déjeuner avec présentation des chants et récitations appris pour l'occasion. Vient ensuite le tour des papas au moment de leur fête. Mais il y a des classes où il y a des parents qui sont décédés, des parents qui sont séparés : parfois, ça se passe bien, parfois moins. La famille est au cœur de notre projet, on l'associe à la vie de l'école, et selon les cas, il y a des classes où l'instituteur va faire attention à l'un ou l'autre cas et adapter sa pédagogie. Il faut amener de la pertinence dans ce que l'on fait..» raconte Mme Libon, directrice de Beaufays, à RTBF.  

L’impact émotionnel qui a suivi les décisions prises dans plusieurs écoles belges et françaises à été très important. Pourtant, avec du recul, il est vrai que la question n’est pas anodine. Et vous, qu’en pensez-vous vraiment ? Pensez-vous qu’il serait intéressant de réunir la fête des mères et la fêtes des pères pour en faire la fête des parents ? Avez-vous d’autres idées pour permettent aux écoles de continuer à célébrer ces journées sans atteindre émotionnellement certains enfants ? Pour beaucoup d’établissement d’enseignement, la décision relève d’un projet pédagogique ayant pour priorité le bien être de tous les enfants et de leur famille. Mais pour beaucoup de maman, c’est aussi l’impression d’être délaissée et que leurs prouesses quotidiennes ne sont pas reconnues.  

Donnez nous votre avis sur notre page Facebook Baby.be