Comment savoir si votre enfant vous ment ?

Vous avez l'impression que votre enfant ment. Oui, mais sans preuve tangible, vous craignez de l'accuser à tort.

Comment savoir si votre enfant vous ment ?

« La vérité sort toujours de la bouche des enfants! », nous assure-t-on. Pourtant, un doute vous assaille face à votre enfant : « Ce qu'il me dit là, ça ne peut quand même pas être vrai ! », pensez-vous. Que faire pour en être sûr ?

Les enfants connaissent une période d'imagination très fertile. Ils vivent généralement dans un monde imaginaire, un univers magique où des lutins rencontrent des fées ! Pour eux, la limite entre ce qui est ou non la réalité est très ténue dans les propos qu'ils tiennent. Jusque vers 7 ans, âge auquel la conscience de votre enfant par rapport au bien et au mal s'éveille progressivement.

Entre 8 et 10 ans, votre enfant a donc tout à fait conscience que mentir est très vilain ! Pourtant, cela ne l'empêche pas de continuer. « Si, si, la maîtresse affirme que... », « Maman, je te jure que c'était écrit au tableau ! »,... Vous commencez alors à douter ! Comme vous n'avez pas de preuve, l'accusez (probablement à tort) serait très mauvais. En même temps, vous avez droit à la vérité. Alors, que faire ?

Vouloir percer un mensonge est tout à fait légitime. Les parents soupçonnent rarement leurs enfants. Si vous avez une hésitation, c'est sans doute que quelque chose de louche se trame.

Vous pouvez essayer de jouer à l'espion. Mais on remarque fréquemment que l'enfant qui ment peut être très persévérant : même face à des adultes qui détiennent la vérité, l'enfant se complaît dans sa version accommodée de la réalité.

Une autre solution consiste à utiliser l'hypothèse. Cela vous évite de l'accuser si vous n'êtes pas absolument sûr de son mensonge et en même temps, vous lui communiquer votre impression. « Il me semble que l'argent qu'il y avait sur la table a disparu ». Sans l'accuser, vous l'avertissez. Ensuite, agissez comme s'il avait avoué sa bêtise. Votre enfant prendra alors conscience qu'il ne peut pas vous duper.

Saviez-vous que le mensonge, pour être bien manié, requiert un sens aigu de la stratégie et de la perspicacité ? Pas suffisant toutefois pour le tolérer car il peut rapidement enfermer l'enfant dans un perpétuel rapport de méfiance avec les autres. Or, pour s'épanouir nos chères têtes blondes ont besoin d'évoluer dans un climat serein et de confiance.

Mais pourquoi ment-il ? Principalement pour éviter une punition ou pour se vanter, se faire « mousser » auprès des copains. Passage obligé dans la construction de sa personnalité, ce type de mensonge permettra à votre enfant de surmonter plus facilement certaines réalités.

Mais votre réaction de parent sera déterminante. Vous vous devez de valoriser la vérité. Utilisez l'humour est souvent une bonne solution car l'enfant perçoit alors progressivement que vous n'êtes pas dupe de ses histoires. Par contre, évitez de mentir lorsque vous vous adressez à lui ou à des tiers en sa présence. Les enfants peuvent aussi mentir mimétisme. En plus, ils ne font pas la distinction entre petits » et « gros » mensonges. En étant un modèle d'honnêteté, vous vous garantissez la confiance de votre enfant.