Comment réagir face aux mensonges de nos enfants?

Votre enfant vous ment ? En tant que parent, c'est souvent quelque chose qui nous inquiète. Mais rassurez-vous ! Les tout-petits sont connus pour déformer la vérité ! Ils ne sont ni rebelles, ni méchants, ils traversent simplement une phase de développement. 


Comment réagir face aux mensonges de nos enfants?

Distinguer l’imaginaire du réel

Les enfants sont capables d’inventer énormément de choses et sont même prompts à "arranger" la vérité et à raconter les histoires les plus extravagantes. Ce n’est pas pour autant qu’il faut appeler ces histoires « mensonges ». On a pour habitude d’opposer mensonge et vérité et de condamner aussitôt le menteur au nom de cette vérité. Or, un enfant qui ment est pris dans sa fiction, il croit en ce qu’il dit. Il ne faut pas oublier qu’il faut des années à l’enfant pour parvenir à distinguer l’imaginaire du réel.

Pourquoi ment-il alors ?

Bien souvent, les enfants mentent par pur plaisir : pour faire des blagues ou jouer sur les mots, en particulier vers 4 ou 5 ans. Mais ils le font aussi pour éviter la réprimande ou pour ne pas décevoir leurs parents.

Certains enfants inventent des « histoires » pour plaire ou impressionner. Cependant, il convient de savoir qu’un enfant qui ment peut aussi cacher une faible estime de lui-même. Il peut, ainsi, en voyant un superbe dessin réalisé par un de ses camarades, dire qu'il est lui-même l’auteur de ce dessin, parce qu’il estime que les siens ne sont pas assez bons.

Il arrive aussi aux tout-petits de déguiser la vérité par pure fantaisie, devenant ainsi tel ou tel personnage ou héros fantastique. Mais ils sont aussi capables de mentir pour dissimuler une réalité gênante, comme une situation familiale difficile, ou bien pour exprimer d’une autre façon une vérité qu’ils n’arrivent pas à dire autrement.

Tout cela témoigne de leur monde imaginaire qui cédera peu à peu la place à la pensée concrète. Ils cesseront alors de mentir quand ils apprendront à faire la différence entre imaginaire et réalité, et quand ils auront conscience de la distinction entre ce qui est bien et ce qui est mal.

Comment réagir face à ces mensonges ?

En tant que parent, considérez ces mensonges pour ce qu’ils sont et faites-en des occasions d’apprentissage, au lieu de les considérer comme un problème. Dire la vérité est une chose que l’enfant doit apprendre progressivement au fil des années.

S’il ment parce qu’il cache une bêtise, inutile de l’accabler, laissez-lui plutôt une chance de vous avouer la vérité, et félicitez-le s’il reconnaît sa bêtise. S’il y a eu un dommage pour quelqu’un ou quelque chose, il faut réparer, dites-lui donc qu’il doit présenter des excuses à la personne touchée, qu’il doit réparer ou ramasser ce qu’il a cassé. En apprenant à votre enfant à réparer ses bêtises, vous le rendez responsable de ses paroles et de ses actes. Inversement, en le punissant, vous l’encouragez à mentir de nouveau à la prochaine bêtise.

S’il ment pour dissimuler une situation qui le dérange, montrez lui que vous avez compris ce qui se cache derrière son « mensonge ». Profitez-en aussi pour remettre les choses à leur juste place en lui expliquant calmement.

S’il ment parce qu’il ne sait pas dire les choses autrement, ne portez pas de jugement moral là-dessus mais cherchez plutôt à comprendre ce qu’il cherche à vous dire. Plutôt que de l’enfoncer dans son mensonge, efforcez-vous de comprendre ses intentions et sachez pardonner.

Tout repose donc sur l’écoute, l’accompagnement dans la distinction de ce qui est réel et imaginaire, la compréhension de ses souhaits exprimés par des « mensonges », la recherche de solution sans le blâmer et la valorisation de la vérité.
 

Crédit photo : ligneparents.com