Mon enfant ment : petit ou gros mensonge ?

Vous avez l'impression que votre enfant ment. A son âge, la limite entre réalité et imagination est ténue.

Mon enfant ment : petit ou gros mensonge ?

La vérité ne sort pas toujours de la bouche des enfants! Jusqu'à l'âge de 5 ou 6 ans, les enfants connaissent une période de grande imagination. Ils vivent généralement dans un monde imaginaire, un univers magique où des lutins rencontrent des fées! Pour eux, la limite entre ce qui est ou non la réalité est très ténue dans les propos qu'ils tiennent.

Mais à cet âge, on ne peut à proprement parler de mensonge au sens où nous l'entendons habituellement! Evoquons plutôt de l'affabulation ou une imagination fertile. La force de votre enfant, jusque 7 ans, est sa grande inventivité. Bien souvent ses propos sont naïfs et vous font sourire.

Si votre bambin fabule, c'est avant tout pour se rendre intéressant. Il va se transformer en héros, se vanter : « Moi j'ai pas peur des lions ». Dans son discours, il vous présente la réalité telle qu'il souhaiterait la voir : « Mamie me donne toujours des desserts à la place de la viande et des légumes que je n'aime pas ». Car en affirmant un fait, on le rend vrai !

Avant 5 ou 6 ans, l'enfant n'a pas de « conscience morale ». Il ne sait pas faire la distinction entre ce qui est mensonge ou vérité. L'intention de tromper apparaît ensuite: votre enfant commence alors à élaborer des histoires pour ne pas être puni. Mais il confond toujours un peu l'erreur et le mensonge.

Ce n'est que vers 7 ans qu'il les distinguera totalement. A cet âge, sa conscience du bien et du mal s'éveille progressivement, au point de lui faire prendre conscience que mentir est très vilain ! D'ailleurs, « Espèce de sale menteur » deviendra rapidement son insulte préférée !

Votre réaction sera déterminante pour permettre à votre enfant d'évoluer. Lorsqu'il fabule, dites lui par exemple : « Si toi tu es allé sur la lune, alors moi aussi je suis une fée ». L'humour est souvent une bonne solution car l'enfant perçoit alors progressivement que vous n'êtes pas dupe de ses histoires.

Par contre, évitez de mentir lorsque vous vous adressez à lui ou à des tiers en sa présence. Il ne fait pas la distinction entre « petits » et « gros » mensonges. C'est la confiance que votre bambin peut avoir en vous qui risque d'être remise en question.