Cauchemar de bébé : comment gérer le sommeil de mon enfant ?

Lorsque bébé fait un cauchemar, c'est souvent liés à un sentiment d'angoisse, d'inquiétude. Comment l'apaiser pour l'aider à bien dormir ?


cauchemar bébé

Même si un enfant commence à rêver tôt, les vrais cauchemars n'arrivent que vers l'âge de 18 mois. Il se réveille en pleurs à cause d’un monstre, d’une sorcière ou de clowns qui hantent ses nuits…. Angoissant pour l'enfant, mais également pour les parents, qui ne savent pas forcément comment le rassurer.

Cauchemar de bébé : une phase constructive

Entre 12 et 18 mois, votre enfant apprend à marcher, à manger seul... Jamais son cerveau n'emmagasinera plus d'informations que durant cette période. C'est à la fois passionnant et stressant. Et son esprit est en surchauffe permanente.

Les rêves sont constitués de tout ce que l'enfant a pu emmagasiner durant la journée. C'est-à-dire les informations, images, frustrations face à des apprentissages « douloureux » (le langage, la marche, la lecture...)… Tout cela va alors nourrir un imaginaire qui peut parfois prendre des formes effrayantes. Ils sont la manifestation d’un véritable combat intérieur, de la lutte entre le désir et la peur de grandir de votre enfant.

Les cauchemars l’aident ainsi à apprivoiser le monde des adultes. D'autant qu'il aimerait tout faire à la perfection pour vous satisfaire ... S'il nous décevait, l'aimerions-nous encore ? Il est donc inquiet de vous quitter au moment du coucher.

Difficultés d'endormissement

Le plus fréquent des troubles du sommeil est la difficulté d’endormissement. La nuit, votre enfant redevient un bébé fragile et vulnérable. Il a donc besoin d’être sécurisé par de nouveaux rituels. Laissez-lui une certaine autonomie dans le choix du livre, donnez-lui un biberon d’eau qu’il boira ou non. Laissez-lui une boîte à musique qu’il peut remonter seul et écouter jusqu’à son endormissement s’il en a envie.

Enfin, prenez toujours le temps d’évoquer avec lui les évènements de la journée. Durant cette période, il est important d’avertir votre enfant de vos sorties, le prévenir qu’il sera gardé par une baby-sitter mais que vous viendrez lui faire un bisou lorsque vous rentrerez et que demain matin, vous serez là pour lui préparer son petit déjeuner.

Cauchemars et terreurs nocturnes de bébé

Cauchemars

Alors qu’il dormait tranquillement, votre enfant se met à crier et vous montre, complètement affolé, un monstre prêt à le dévorer dans le coin de sa chambre: bébé fait un cauchemar

C’est durant la deuxième partie de la nuit, pendant le sommeil paradoxal de son cycle du sommeil, que les cauchemars arrivent. Tout le monde fait des cauchemars, mais particulièrement les enfants entre 2 et 6 ans qui découvrent les mondes extérieurs et intérieurs.

Votre enfant est réveillé, vous parle et vous entend. Votre rôle est alors d’écouter, d’apaiser et de rassurer votre enfant. Le cauchemar joue un rôle primordial dans l’équilibre psychique de votre enfant, c’est un exutoire. Grâce aux mauvais rêves, le jeune dormeur peut évacuer des émotions négatives qu’il a vécues au cours de la journée, des semaines ou mois passés.

Remarque : Certains enfants deviennent des baladeurs de nuit. Ils escaladent leurs barreaux pour venir s’assurer que vous êtes dans votre lit. Au besoin, pour s’assurer que vous n’allez pas vous en aller, il se rendort sur votre couette, et vous avez la surprise de le découvrir au petit matin !

De plus, il arrive que certains enfants se balancent dans leur lit jusqu’à se cogner la tête aux barreaux du lit. Cette attitude est une façon d’évacuer l’énergie que votre petit enfant n’a pu évacuer dans la journée. L’idéal serait de lui offrir la possibilité de se dépenser plus physiquement.

Terreurs nocturnes

Si votre enfant pousse des cris, sanglote, s'agite ou même se débat les yeux grands ouverts, mais qu’il ne semble pas vous voir, il s’agit sans doute de terreurs nocturnes. Contrairement aux apparences, votre enfant dort profondément et ne se souviendra de rien.

Les terreurs nocturnes sont impressionnantes car votre enfant reste inaccessible. La terreur nocturne montre que quelque chose ne tourne pas rond dans la vie de votre enfant (angoisse, petits et gros tracas...). Ne le réveillez pas et ne lui n’en parlez pas (il ne se souvient de rien). Votre rôle est de mener votre enquête dans son environnement pour trouver ce qui peut bien le perturber.

Egalement appelées « éveils confusionnels », les terreurs nocturnes touchent entre 5 et 15 % des enfants entre 4 et 6 ans. Ces terreurs sont dûes à un éveil partiel qui survient en dehors des phases de sommeil paradoxal et onirique. Elles durent généralement entre deux à trois minutes et une demi-heure. Une fois la terreur passée, votre tout-petit devrait retrouver son calme et se rendormir en l’espace de 15 à 20 minutes.

Dans ce cas, le mieux que vous puissiez faire est de vous asseoir près de votre petit et d’attendre que la terreur passe. Vous pouvez également essayer de l'emmener dans une autre pièce afin de faire varier la température. Cela le ramènera dans une phase de sommeil plus léger.

Cauchemar de bébé : comment le rassurer ?

Tout d’abord, votre présence indispensable, et d’ailleurs, votre bébé vous réclame lorsqu'il fait un cauchemar ! Parlez-lui doucement, afin de le calmer et de le rassurer. Ne lui montrez aucun signe de stress ou d’inquiétude, même si vous l’êtes (inquiet). Allumer une lumière très douce et le bercer doucement l’aideront à s'apaiser lentement avant de se rendormir.

Afin d’extérioriser ses peurs, vous pouvez les lui faire dessiner. Le dessin est un excellent moyen d'exorciser les peurs, et pour les parents d'expliquer que tout cela n'a pas d'existence dans la réalité. Surtout, ne niez pas ses angoisses ! Autrement, il ne saura plus à qui se confier.

Ne l’amenez pas non plus à prendre une mauvaise habitude en le couchant près de vous. De plus, cela pourrait avoir comme conséquence de le conforter dans sa peur et de ne plus pouvoir se passer de votre présence pour s’endormir.