Comment aider votre enfant à surmonter sa peur du noir ?

Jusqu'à présent votre enfant n'avait manifesté aucune crainte, voilà à présent qu'il redoute l'obscurité et le moment du coucher : lorsque vous le mettez au lit, il vous demande de laisser une lumière dans sa chambre et la porte ouverte.


Comment aider votre enfant à surmonter sa peur du noir ?

La « peur du noir » fait partie des angoisses normales, que tout enfant rencontre entre vers 5 ans. Ces peurs sont le signe que votre enfant vit des moments importants de son développement ou des changements, comme son entrée à l'école par exemple. Comment réagir? Comment aider votre enfant à surmonter cette angoisse ?

Le soir, prévoyez une petite veilleuse dans sa chambre. Cette lumière, même de faible intensité, le rassurera grandement. Lorsqu'il est plongé dans l'obscurité complète, votre enfant s'angoisse, il perd ses repères, il se sent seul et son imagination fertile lui fait craindre des loups et autres monstres cachés sous son lit. L'obscurité, la nuit, sont des conditions propices à la vulnérabilité. D'autant plus qu'à cet âge un petit ne fait pas la part des choses entre son imagination et la réalité.

Lorsqu'il se réveille en pleurs suite à un cauchemar ou en proie à ses angoisses, rassurez-le, montrez-lui que sa chambre n'est le refuge d'aucun ennemi, qu'il n'y a que lui et vous. Dites-lui que ce n'était qu'« un mauvais rêve ». Expliquez-lui que vous êtes là pour le protéger, qu'il ne risque rien et qu'il peut se rendormir en toute sécurité. Vous pouvez également profiter des journées pour parler avec votre enfant de ses craintes, le rassurer.

Par ailleurs si les fenêtres de la chambre de votre enfant comportent des volets, assurez-vous qu'ils sont bien fixés et ne claquent pas ; vérifiez également qu'il n'y a pas de branches d'arbres qui viennent cogner contre sa fenêtre. Autant éliminer le plus de bruits éventuels qui pourraient inquiéter votre enfant la nuit.

Cette peur du noir peut persister jusque 7 ou 8 ans, puis disparaître spontanément. Si au bout de quelques temps, et malgré vos efforts et ceux de votre enfant, elle est toujours présente, nous vous conseillons de consulter un thérapeute. Spécialiste des phobies, il tentera de trouver les causes de celle de votre enfant et entreprendra une thérapie avec lui.