Les activités extrascolaires : mon enfant ne veut plus y aller !

Les activités extrascolaires stimulent les enfants et augmentent leur aisance dans l’apprentissage scolaire. Elles sont bénéfiques pour le développement physique et psychologique de l’enfant. Pourtant, il arrive parfois, que votre enfant ne veuille plus y aller. La fatigue, le froid, la flemme, autant d’excuses pour ne plus se rendre à son cours de tennis ou de piano. Comment aider votre enfant à retrouver sa motivation ? 


Les activités extrascolaires : mon enfant ne veut plus y aller !

Comment reconnaître la perte de motivation ?

Certains signes de trompent pas ! Votre enfant ne veut plus aller à son cours de guitare ou à ses séances de rugby… ? Il ne vous en parlera pas directement, c’est son comportement et ses réactions psychosomatiques qui vont le feront comprendre. Si votre enfant traîne des pieds en y allant, qu’il est souvent malade le jour de son activité, qu’il a mal au ventre, qu’il oublie toujours la moitié de ses affaires ou qu’il se comporte mal avec ses camarades, posez-vous la bonne question. Il se peut que votre enfant présente un manque d’investissement dans l’activité extrascolaire qu’il a choisie. Lorsque cela arrive, il trouvera toutes les excuses pour ne pas y aller, il peut parfois même, prétexter que le prof est trop sévère, ou que ses camarades sont méchants, ou s’il est plus grand, qu’il a trop de devoir… Mener l’enquête, tout n’est pas peut-être pas faux.

Il est rare que votre enfant vous avoue clairement qu’il ne veut plus aller au sport ou au théâtre, c’est à vous de voir les signes et de lui en parler. Ne soyez pas trop franc, mais commencer par tâter le terrain pour savoir ce qu’il se passe pendant ses cours, voir s’il n’y a pas un réel problème avec le professeur ou un camarade.  Il est important de trouver les raisons pour lesquelles votre enfant se démotive afin de pouvoir y remédier.

Comprendre les raisons de son manque d’enthousiasme

La fatigue et le froid de l’hiver ont eu raison de sa motivation.

Tout comme nous, à l’approche de l’hiver il se peut que votre enfant ait un coup de mou. Le froid, la fatigue passagère, la nuit qui tombe plus tôt. Il s sent peut-être plus fragiles à cause du changement de saison ou alors il a juste la flemme d’affronter le froid pour se rendre à cette nouvelle activité commencée en septembre pour laquelle il n’a pas encore d’attachement particulier.

Dans ce cas là il faut savoir booster votre enfant ! Montrez-lui que vous le comprenez mais qu’il faut savoir se forcer parfois pour se rendre compte au final que ce n’était pas si terrible que ça, au contraire. Le fait de dépasser sa flemme pour en plus passer un moment agréable est gratifiant, même pour un enfant. Et puis parlez-lui de l’engagement qu’il a fait en s’inscrivant…

Il se sent mal à l’aise pendant l’activité.

Il est aussi possible que votre enfant se sente mal à l’aise dans son activité. Cela peut arriver pour plusieurs raisons : il appréhende sûrement de se retrouver seul dans une nouveau lieu avec de nouvelle personne, il est peut-être stressé de ne pas y arriver, son seul copain a peut-être déjà abandonné, son professeur est sévère ou les autres enfants ne l’intègrent pas au groupe…

Plutôt que d’essayer de le convaincre qu’il a tort, prenez du temps pour l’écouter, afin de lui faire prendre conscience de la raison de son mal être t de trouver une solution ensemble. Pourquoi pas en parler aussi, s’il est d’accord, avec la personne en charge de l’activité.

Il préfère passer du temps à jouer, rêvasser ou passer du temps avec ses copains.

Les enfants ont tous besoin de temps pour eux, de s’épanouir dans leur propre bulle ou de partager du temps avec leurs copain (surtout lorsqu’ils sont plus âgés. Les horaires de l’activité peuvent parfois ne pas leur plaire. Par exemple le cours de danse de votre fille est le mercredi après-midi, le seul jour où elle n’a pas école et voudrait donc passée du temps avec ses amies en dehors de la cour de récréation…

Essayer d’optimiser l’emploi du temps de votre enfant, afin qu’il puisse avoir du temps pour lui ou pour ses copains. Réduisez le nombre d’activités ou faites-en sorte que son mercredi après-midi puisse être diviser en deux temps. Aussi, faites occasionnellement des exceptions, pour des évènements particuliers (un anniversaire, une sortie en famille, ou juste un moment tranquille où votre enfant pourra se retrouver seul à rêvasser). Dans le cas d’une sortie en famille essayer de faire en sorte que celle-ci cadre avec l’activité de votre enfant, par exemple si votre enfant prend des cours de dessin, aller avec lui au musée. Mais ne faites pas trop d’exception, il risquerait d’y prendre goût et de ne plus vouloir aller à son activité.

Il n’aime vraiment pas l’activité choisie, et fait un rejet total.

Dans de rare cas, l’enfant fait un réel rejet de l’activité, il pleure, il ne mange plus, ne dort plus, il ne veut vraiment pas y aller. Il a essayé plusieurs fois, et c’est toujours le même constat : il ne s’y plait pas. Ne le forcez pas. Parler lui des questions d’engament, de persévérance et de l’aspect financier, sans pour autant le faire culpabiliser. Gardez en tête que la persévérance ce n’est pas de s’entêter à faire quelque chose que l’on n’aime et pour lequel on ne progressera jamais pour diverses raisons.  

N’attendez pas l’année prochaine pour le changer d’activité, au contraire renseignez-vous sur la possibilité d’ne changer et les conditions. Ne vous montrez pas déçu, encouragez simplement votre enfant à ne pas abandonner toute activité extrascolaire, s’il ne veut plus aller à celle-ci, pourquoi ne pas en choisir une autre, ou essayer les activités multidisciplinaires ? Votre enfant pourra essayer plusieurs activités, généralement une par trimestre, et donc savoir ce qu’il et ce qu’il n’aime pas.

Nos conseils :

  • Ne choisissez pas l’activité que devra faire votre enfant, il se sentira obligé et culpabilisera de ne pas aimer ou de ne pas y arriver par peur de vous décevoir. Parlez-en avec lui !
  • Entre 4 et 7 ans, favorisez les activités pluridisciplinaires, votre enfant sera en phase de découvert et pourra essayer plein de sports ou ateliers créatifs… Il choisira ensuite son coup de cœur.
  • Entre 8 et 9 ans, guidez-le, accompagnez le vers le choix d’une seule activité. Devenu assez mature et capable de savoir ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas, il se sentira gratifier de pouvoir choisir lui-même le domaine dans lequel il veut se perfectionner.

Il est important que vos enfants suivent une activité extrascolaire, on vous explique pourquoi dans notre article : Les activités extrascolaires : En quoi sont-elles bénéfiques pour mon enfant ?